Notes sur l’anatomie et la physiologie : Le fascia lombosacré

Article # 16

Article original en anglais publié le 29 juin 2010

Traduction française, révisée et approuvée le 15 avril 2011

Jusqu’ici, nous avons passé beaucoup de temps à examiner la forme et la physiologie de la colonne, une structure qui joue un rôle central dans le corps et dans les arts internes de santé Tai Chi TaoïsteMC.

Il reste un dernier élément de la région rachidienne à examiner, le fascia lombosacré.

Dans les articles précédents, on a décrit le fascia profond comme une membrane mince et robuste qui enveloppe les muscles du corps et pénètre en profondeur dans ceux-ci jusqu’aux os sous-jacents. S’étendant du torse jusqu’aux membres et s’insérant dans la base du crâne, le fascia profond fait partie d’un plus grand réseau, celui des tissus conjonctifs, dont la fonction est de soutenir, de relier et d’écarter toutes les parties de l’organisme. Avant de continuer, il serait bon de jeter un autre coup d’œil à l’article Notes sur l’anatomie et la physiologie : Anatomie du système fascial, mis en ligne il y a quelques mois.

Le fascia lombosacré est un grand feuillet en forme de losange qui fait partie du fascia profond. Très développé dans la région lombaire, il est constitué de plusieurs couches de fibres de collagène croisées qui recouvrent les muscles du dos dans les régions thoracique et lombaire inférieures avant de s’infiltrer à travers ces muscles pour s’attacher au sacrum.

En examinant les images ci-dessous, souvenez-vous que pour agrandir une image, vous n’avez qu’à cliquer sur celle-ci.

Figure 1 Vue de la surface du fascia lombosacré en forme de losange, rattaché aux membres supérieurs et inférieurs, à l’abdomen et au bassin par ses prolongements. Les muscles sous le fascia lombosacré sont montrés en rouge. Sur le côté droit, le deltoïde, le trapèze et le grand dorsal ont été enlevés. Biel, page 194.

Comme le montrent les figures ci-dessous, le fascia lombosacré est formé de trois couches : les couches postérieure, intermédiaire et antérieure, qui s’insèrent sur les apophyses transverse et épineuse des vertèbres lombaires. Elles aussi sont attachées à la crête iliaque près des fossettes du bas du dos et se fusionnent à la surface postérieure du sacrum.

Figure 2 Vue du dessus d’une section transversale horizontale de la paroi avant de l’abdomen. Le haut de l’image correspond à l’avant du corps. Les muscles abdominal transverse et oblique interne, qui s’allongent vers l’avant, forment des prolongements du fascia lombosacré, reliant ainsi le dos à l’avant du corps. Neumann, page 390.

Figure 3 Vue du dessus d’une section transversale horizontale à travers le torse au niveau de L3. Le bas de l’image correspond au dos. Les couches postérieure, intermédiaire et antérieure du fascia lombosacré entourent divers muscles. Neumann, page 362.

À cause de ses nombreuses connexions, le fascia lombosacré est relié à la plupart des autres parties du corps :

  • aux membres supérieurs, à la tête et au cou, grâce à ses connexions avec le trapèze et le grand dorsal (voir les figures 1 et 5);
  • à la ligne centrale de l’abdomen. Les couches postérieure et intermédiaire du fascia lombosacré se fusionnent latéralement de manière à former le raphé latéral, un réseau de tissus conjonctifs relié à deux muscles abdominaux, l’abdominal transverse et le muscle oblique interne. Ces muscles, qui se drapent autour de l’avant du corps, entourent le grand droit de l’abdomen et se fusionnent au niveau de la ligne blanche (voir les figures 2 et 3).
  • à des structures profondes de la colonne, en se prolongeant vers le bas jusqu’aux muscles rachidiens, aux ligaments rachidiens, à la colonne vertébrale et au canal rachidien (voir les figures 3 et 4);
  • aux membres inférieurs, en se fusionnant au grand fessier (voir les figures 1 et 5).

Figure 4 Vue horizontale de la région lombaire. Le haut de l’image correspond au dos. On peut voir la continuité de la connexion fascia lombosacré – ligament sus-épineux – ligament jaune. Le muscle multifide est l’un des muscles qui longent la colonne. Lee, page 29.

Figure 5 Étendue du fascia lombosacré, qui relie différentes régions du corps. Myers, page 171.

Grâce à sa position centrale et à sa forme qui ondule dans toutes directions, le fascia lombosacré joue le rôle de centre nodal, en reliant en un ensemble toutes les extrémités du corps : la tête et le cou, les mains, l’abdomen, le bassin et les pieds, de part et d’autre de la colonne.

Si l’on compare le corps à une tente de cirque, la colonne représente le mat central, les tissus mous (notamment le fascia lombosacré) forment la toile des parois de la tente, les bras et les jambes sont les haubans, et les mains et les pieds sont les piquets.

Bon nombre des enseignements des arts internes de santé Tai Chi TaoïsteMC portent sur des exercices rythmiques qui nous apprennent à étirer, à tendre, à écarter et à allonger l’ensemble de la toile du fascia lombosacré et de ses connexions, et à les détendre ensuite.

Le prochain article examinera plus en détail les rôles joués par le fascia lombosacré dans la vie quotidienne, que l’on comprend beaucoup mieux depuis quelques décennies.

1. Trail Guide to the Body, Third Edition, 2005, Andrew Biel, Books of Discovery, ISBN 0-9658534-5-4

2. Kinesiology of the Musculoskeletal System, 2010, Donald A. Neumann, Mosby Elsevier, ISBN 978-0-323-03989-5

3. The Pelvic Girdle, Second Edition, 1999, Diane Lee, Churchill Livingston, ISBN 0 443 05814 8

4. Anatomy Trains, Second Edition, 2009, Thomas W. Myers, Churchill Livingston Elsevier, ISBN: 978-0-443-10283-7

Bruce McFarlane MD

© Société de tai chi taoïste du Canada 2010

You may also like...

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *